6 réaction(s)


Comment contester la forme d'une contravention !

Comment contester la forme d'une contravention !

Un automobiliste qui se voit remettre un avis de contravention à la suite d'une infraction au Code de la route a la possibilité de contester cette verbalisation. Cette contestation doit respecter certaines formes et délais, sous peine d’un vice de forme pouvant entraîner une annulation.


La plupart des infractions routières auxquelles les conducteurs sont confrontés sont des contraventions. L’article 429 du code de procédure pénale indique simplement que « tout procès-verbal n’a de valeur probante que s’il est régulier en la forme, si son auteur a agi dans l’exercice de ses fonctions et a rapporté sur une matière de sa compétence ce qu’il a vu, entendu ou constaté personnellement. »


Les mentions qui figurent sur la contravention, conservée par la police ou la gendarmerie, doivent être vérifiées avec le plus grand soin, afin de pouvoir relever au besoin un vice de forme qui pourrait la faire annuler. Il faut donc avec le plus grand intérêt examiner les mentions qui y figurent. En effet, si certaines mentions sont incomplètes ou erronées, il pourra éventuellement être possible de contester la contravention, d'obtenir le classement sans suite de l'affaire ou encore de faire annuler la contravention par le juge pénal en obtenant l’acquittement.


Les indications suivantes doivent obligatoirement apparaître :



  • la date et l'endroit exacts de l'infraction, le sens de circulation (pour excès de vitesse), le point Kilométrique

  • le numéro d'immatriculation, la marque (obligatoire) et le modèle (facultatif) du véhicule

  • le numéro de matricule et le service de rattachement de l'agent verbalisateur

  • S'il y a une surcharge ou rature empêchant de lire correctement les éléments principaux du PV

  • Pour les excès de vitesse : la marque et le type du radar, sa date de vérification par la Drire (valable une seule année), la mention radar fixe ou mobile et le sens de circulation.

  • l'infraction reprochée avec la référence à l'article du code de la route qui prévoit et réprime cette infraction ne sont pas bons ou en concordance.


La contestation se fait par simple lettre recommandée à l'adresse indiquée au dos de la carte-lettre, ou à l'Officier du Ministère Public près le Tribunal d'Instance compétent.


Cependant Il faut noter que :



  • la mention CR au lieu de code de la route n'est pas un élément de nullité,

  • la signature du PV vaut reconnaissance de l’infraction et rend difficile la contestation sur d’éventuels vices de rédaction,

  • le PV est le feuillet conservé par l’agent verbalisateur, - en matière de contravention, le doute ne suffit pas. Le contrevenant doit apporter la preuve que l’infraction n’est pas caractérisée,

  • les surcharges sur la carte de paiement, si elles ne sont pas de nature à porter préjudice au contrevenant ne sont pas des causes de nullité,

  • le fait que l'agent verbalisateur qui a dressé le PV n'est pas celui qui a constaté de ses yeux l'infraction est à rappeler mais sans trop insister car la Cour de Cassation, dans un cas de constatation de vitesse, a affirmé que les gendarmes participaient concurremment à la constatation de l'infraction : celui qui avait dressé le procès verbal n'avait absolument pas vu l'infraction mais contribuait en aval à l'interception du contrevenant, - par décision du 10 novembre 2004 la cour de cassation a déclaré que bien que l'article A 37-2 du CPP précise que l'avis de contravention devait comporter les références des textes réprimant l’infraction, l'absence de ces textes n'entraînait pas la nullité de la contravention.


Il est nécessaire de consigner une somme égale au montant de l'amende forfaitaire majorée avant toute requête en exonération ou réclamation en vertu de l'article L 529-10 du Code de procédure pénale et ce même dans les délais pour les infractions qui suivent (infractions énumérées par l'article L121-3 du code de la route):



  • Dépassement des vitesses maximales autorisées,

  • Une signalisation imposant l'arrêt des véhicules,

  • Le non respect des distances de sécurité entre les véhicules,

  • L'usage de voies réservées et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules.


       Toutefois, pour que cette obligation de consignation s'impose, il faut qu’en vertu de l’article L529-10 du code de procédure pénale " l'avis d'amende forfaitaire concernant une des contraventions mentionnées à l'article L. 121-3 du code de la route ait été adressé au titulaire du certificat d'immatriculation" ce qui signifie en clair que si elle lui a été remis en main propre, la consignation ne devrait pas s'imposer".


Il existe deux exceptions à cette obligation de consignation pour les PV visés par l'article L121-3 qui ne sont pas remis en main propre :



  • Le véhicule verbalisé a été volé ou détruit, il suffit alors d'en faire la preuve pour que la contravention soit classée sans suite en accompagnant le formulaire de requête en exonération:

  • Du récépissé de dépôt de plainte en cas de vol.

  • De la copie du récépissé de prise en charge en cas de destruction de la moto, établie conformément aux dispositions de l'article R.322-9 du code de la route.

  • Une autre personne conduisait le véhicule au moment des faits, le propriétaire doit alors indiquer l'identité complète du conducteur s'il veut échapper aux poursuites.


Attention tous les faux témoignages ou toutes les fausses déclarations peuvent être sévèrement sanctionnés. La consignation n'est pas assimilable à une reconnaissance de l'infraction.



(Lu 15853 fois)

Devrait vous intéresser

Réagissez

Identifiez-vous :

Ou postez anonymement :

Suivre le sujet



Vos commentaires
Le 22/04/2020 à 17:23
                          

Danick
Bonjour, vous ne précisez pas si l'agent verbalisateur doit signer le PV. On m'a verbalisée pour être sortie à 50m de chez moi sans papiers, 5 jours seulement après le décret de confinement. Or, l'agent n'a pas signé le PV : Puis-je le contester sur cette base ? Merci

Le 14/02/2020 à 16:51
                          

dune0360
bonjour, après s'être fait arrêté par un motard de la gendarmerie pour non respect de l'arrêt à un stop, j'ai reçu l'avis de contravention. 90 € à payer dans les 30 jours. j'ai contesté l'avis du fait que l'adresse indiquée sur ce document est erronée. la rue n'existe pas dans la commune. le délai de 30 jours arrive à son terme et voici la réponse reçue ce jour de l'officier de police qui étudie ma requête :" A partir du moment où un contrevenant conteste une contravention relevée par voie d'amende forfaitaire, la procédure de poursuite et la sanction encourue se voient modifiées.
En l’espèce, s'agissant d'une infraction de 4 éme classe pour inobservation d'un signal "stop", le contrevenant encoure dorénavant une amende de 750 euros maximum plus 3 ans au maximum du retrait de son permis de conduire cela conformément au code de la route."
qu'en pensez-vous ? dois je attendre la décision ou régler les 90 € ?

Le 09/11/2018 à 23:30
                          

lolotophe
bonsoir je me suis fait arrêter pour un contrôle alcoolémie.
j,ai du soufflé 8 fois dans la machine soit elle marque erreur soit elle mettait un taux différents a chaque fois l’agent ma laisser repartir au bout de deux heures sans me faire signer aucuns papier car son boitier de contravention ne voulais prendre aucun des taux heure et date indiqué.
j'ai reçu une amende de 90 euros et 6 point en moins avec aucun des taux indique sur la machine que dois je faire pour contester cette amende.

Le 22/10/2018 à 15:48
                          

simonsens
Bonjour, j'ai été verbalisé pour téléphone au volant, l'agent m'a dis que l'amende est de 135 euros ,ramenée à 90 euros si je paie dans les 15 jours et retrait de 3 points. Je reçoit l'amende et mon étonnement c'est pour on respect de stop?? OK donc l'amende est de 135 euros, ramenée à 90 euros mais 4 points de retrais(et de class 4) ce qui fait que je ne récupérerais mes points qu'après 3 ans au lieu de deux..dois contester ?

Le 24/05/2018 à 13:56
                          

Visiteur
Bonjour,
C'est l'agent verbalisateur qui doit obligatoirement signé le procès-verbal, pas l'automobiliste.

Le 29/01/2018 à 21:07
                          

lamine
bonjour voila je me suis fait arrêter par la police national pour un feux rouge je suis coursier en scoot et le policier ne ma rien donne il ma dit qu'il rédigerait l'amende au poste si il a le temps ma question et y a t'il un moiyun de faire saute l'amende car je n'est rien signier et il ne me la pas donner en main propre

ASSURANCE AUTO

Devis assurance auto
en ligne

CRÉDIT AUTO

Devis Crédit auto
gratuit en 5 minutes !

DEBAT SUR LE FORUM

Débat :
Donnez votre avis sur la loi "anti-diesel" !

VENDRE MA VOITURE

+ de 10 000 000

annonces auto vues par mois

Service client : 01.83.64.18.29

(prix d'un appel local)